L'ésotérisme mondial est le cheval de Troie des forces retardataires. 

Par Gaétan Dubé

L'ésotérisme, malgré ses lettres de noblesse et ses connaissances parfois millénaires, n'a pas su sortir l'homme de sa souffrance et le rendre libre.

 

L'ésotérisme, qu'il soit de l'occident ou de l'orient, n'a pas su non plus fracturer les mystères.

 

En fait, il n'a su que les amplifier et magnétiser les humains afin de les garder prisonniers de leur ignorance. Ce n'est que par la conscience individualisée, cette "cohérence" en soi qui se démarque de toutes formes de magnétisation, que les gens sauront s'affranchir des mystères.

 

Le mystère a servi à garder l’homme en ligne mais maintenant, il devient une insulte à sa conscience et celui qui s'affranchira des mystères ne sera plus magnétisé par cette aura qui garde le pouvoir aux forces retardataires.

 

C'est par la parole (sa vibration, le son) de l'homme individualisé qui n'est pas à la remorque des connaissances, aussi anciennes soient-elles, que cette aura de mystères sera frappée en plein front.

 

D'ailleurs, ce n'est pas parce que ces connaissances ésotériques sont millénaires qu'elles sont réelles, car si elles avaient eu une quelconque puissance ou réalité, elles auraient changé la vibration de la terre. Ce ne fut jamais le cas.

 

Le Québec est le fer de lance, ce fer qui pénétrera en premier le vernis millénaire de l'ésotérisme et qui ainsi mettra au jour les sournoises infiltrations de l'astral dont les formes les plus belles et les plus subtiles ont su empêcher les hommes d'être libres et d'avoir accès à leur propre intelligence.

 

    

Pour écouter la version audio du texte-ci-haut, cliquez sur le lien suivant:

  

 Format audio -L'ésotérisme mondial-

                

 

 

 

 

                                               dubegaetan@videotron.ca

                                                            Skype: odyssee57

 

 

 

 

 

 


__________________________________________________________ 





Nosso Lar (Notre Demeure)

 





Ma perception sur le film «Nosso Lar»

«Notre Demeure»

14 juin 2013


Premièrement, je trouve intéressant que ce genre de film commence à poindre à l’horizon. La technologie du cinéma permet de plus en plus de livrer la marchandise, c’est-à-dire de créer des formes qui se rapprochent d’une certaine réalité. Évidemment ce sont des formes et, comme toutes les formes, si les gens qui regardent le film, prennent pour du cash tout ce qu’ils voient, ils vivront des amplitudes émotives, développeront d’autres croyances et le cycle du mensonge cosmique se raffinera.

 

L’astral, dans cette fin de cycle, opère une entreprise de «séduction» quant au dévoilement partiel de leur réalité. Les gouvernements qui gèrent à leurs profits ce monde astral ne dévoilent qu’un certain aspect de leur réalité. Cette entreprise de dévoilement n’est pas le fruit du hasard, elle s’inscrit dans un temps où l’humanité commence à perdre espoir quant à son avenir psychologique, spirituel,  intellectuel et économique. Les évènements aidants, les gens perdront peu à peu confiance aux gouvernements politiques actuels et ne sauront plus sur quoi s’appuyer pour donner une impulsion nouvelle à leur vie. C’est dans ce contexte que s’insère la nouvelle vague astral qui tentera par les moyens techniques modernes de communication, d’inonder la planète de formes nouvelles spirituelles qui sauront impressionner les masses [lorsque nous sommes impressionnés nous sommes décentrés]. Mais, ce que je vois dans ce film s’inscrit dans une continuité de «ces forces retardataires» qui se servent de «l’espoir de l’humanité ou de son désespoir» comme cheval de Troie pour décentrer l’individu et l’amener à croire que le salut vient encore une fois des mondes de la mort et non de sa propre énergie qui va bien au-delà de ces plans transitoires qui ont œuvrés pendant des millénaires contre la nature cosmique de l’homme et c’était leur fonction.

 

Pour que ce genre de film serve réellement ou créativement, il ne faut pas croire l’intention involutive de la forme. Dire cela semble redondant intellectuellement mais, on verra dans un avenir assez proche toute la valeur réelle de cette affirmation. Chaque fois que l’on croit ou que nous sommes impressionnés, nous fabriquons une amplitude d’énergie positive ou négative que nous dilapidons au large et qui est rapatriée par les forces de l’âme, perpétuant ainsi le mode involutif. Mais voilà, l’involution est terminée. L’individu plus conscientisé à cette game se mettra en mode de rapatriement de son énergie au lieu de la dilapider au profit de forces involutives que l’astral représente très bien. L’individu en voie de conscientisation, ne pouvant plus croire, voyant plus clair dans le jeu des évènements qui viennent, saura transformer en opportunités ces évènements en rapatriant une énergie laquelle autrefois était aspirée par les forces involutives. Cette énergie rapatriée dont je parle s’inscrit dans un processus qui transfèrera de l’énergie astral en énergie mentale. Ce transfert d’énergie bâtira peu à peu le double éthérique de l’individu, c’est-à-dire donnera au double éthérique une vocation cosmique  au lieu de planétaire-vital. Ce double «upgradé» servira de moyen de transport à sa conscience lorsqu’elle devra quitter son corps matériel et ainsi s’extraire du passage traditionnel au monde astral [C’est l’arche de Noé revue et corrigée]. C’est dans ce contexte que l’on commence à se rendre compte du danger de croire dans les années actuelles.

 

Dans les années actuelles et celles qui viendront, la déception sera proportionnel à l’espoir ou au désespoir. Les forces de déception sont à l’œuvre.

 

En rapatriant notre énergie, nous développerons une maturité psychique qui permettra d’avoir un rapport d’égal à égal avec ce que l’on appelle l’invisible. Mais pour cela, nous devrons apprendre à supporter notre propre énergie sur nos épaules au lieu d’être pris en charge spirituellement par des forces extérieures à nous. L’évolution c’est la fin de la prise en charge. Dans l’involution, tous autant que nous sommes, avons toujours fantasmés d’être un avec le cosmos et voilà que le «un» nous force à nous prendre en charge cosmiquement et beaucoup trembleront devant leur propre énergie et se replieront dans les formes du passé et c’est ainsi que le tri se fera.

 

La plus grande pandémie sur la terre ce ne sont pas les maladies, les fléaux, les guerres, les conflits etc.. etc.. Ce qui est pandémique sur la terre, c’est la «crainte» et la crainte est le levier principal de l’astral ou des gouvernements involutifs car la crainte génère des amplitudes émotives tellement fortes dans l’individu qu’il devient le pâturage de ces mondes astraux.

 

Autrefois on disait: «Croire sans voir» telle que la foi dans sa fonction le prescrivait. Mais, maintenant, tu ne peux même plus te permettre de croire ce que tu vois.

 

C’est le temps de voir clair et non d’être un clairvoyant.


P.S: Un film intéressant dans la mesure qu'il est intercepté au niveau de l'esprit.

Gaétan

14 juin 2013