La compassion

Par Gaétan Dubé

 

La compassion est une attitude psychologique qui nous porte à être sensible à la souffrance des autres. La personne souffrante se trouve à ne plus être seule et dilue cette énergie de souffrance chez la personne compatissante.

 

La compassion est une valeur noble de l’être humain, on s’entend là-dessus. Elle est à la base de nos relations. Prenez comme exemple un infirmier dans un hôpital, il  se voit souvent compatir à la souffrance de l’autre, mais s’il veut être  efficace dans son travail et ainsi atteindre ses objectifs, la compassion n’est pas tout;  il se doit d’agir concrètement pour éliminer la source de la souffrance.

 

La compassion a ses limites; elle est une attitude polarisée qui se doit d’être complétée par un geste concret d’élimination de la souffrance.

 

Il y a toutes sortes de souffrances comme il y a toutes sortes de gens. Il y a des gens qui cherchent la compassion  tous azimuts et abusent de la bonne volonté des gens sensibles.

 

Avec le temps, la compassion peut devenir un élément de frein à l'évolution pour celui qui compatit et pour celui qui recherche la compassion. Il y a donc une faille dans celui qui, par sensibilité, est porté à outrance vers la souffrance de l’autre et qui s’enorgueillit de l’effet positif procuré à l’autre.

Il y a aussi une faille dans celui qui recherche  à outrance la compassion. Somme toute, dans les deux cas, il y a discontinuité de conscience.

 

Bien qu'elle soit  une valeur civilisatrice, la compassion  n’atteint pas concrètement ses objectifs d’élimination de la souffrance, car elle est elle-même contaminée.

 

Je ne veux pas de votre compassion, je veux voir clair dans la trame égoïque  qui se joue dans la souffrance. 

 

Faire une étude de la compassion nous amène à ne pas être très compatissant vis-à-vis les plans spirituels qui nourrissent cette forme, certes positive, mais limitée.

 

Voudrions-nous avoir près de nous un être qui transpire bêtement de la compassion égocentrique involutive ou un être qui agit en intelligence vis-à-vis une souffrance qui nous habite?

 

La compassion involutive n’aura pas la puissance pour débusquer les éléments retardataires qui alimentent notre souffrance.

 

 

L’être qui recherche la compassion ne voudra pas de la vibration de celui qui verra clair dans le jeu. D’ailleurs, cet être dira que ce dernier n’a pas de cœur, qu’il n’a aucune compassion envers lui.

 

Effectivement, il n’a aucune compassion mais qu’est-ce qu’il a?

 

Questionnez un être conscient concernant les souffrances qu’endurera notre humanité lors de cette fin cycle et quel serait son comportement vis-à-vis toute cette souffrance. Il vous répondra qu’un être conscient est un être conscient et que lui-même aura suffisamment payé le prix de sa conscience   pour ne pas être affecté ou infecté outre mesure par le résultat de l’inconscience planétaire et qu'il pourra ainsi agir réellement  dans un cadre futur où l’aide apportée à ces hommes sera plus facilement acceptée.  

                                                                        Août 2008

 

                                                                    

                                              dubegaetan@videotron.ca

                                                             Skype: odyssee57